En savoir plus

A propos des cookies

Qu’est-ce qu’un « cookie » ?

Un "cookie" est une suite d'informations, généralement de petite taille et identifié par un nom, qui peut être transmis à votre navigateur par un site web sur lequel vous vous connectez. Votre navigateur web le conservera pendant une certaine durée, et le renverra au serveur web chaque fois que vous vous y re-connecterez.

Différents types de cookies sont déposés sur les sites :

  • Cookies strictement nécessaires au bon fonctionnement du site
  • Cookies déposés par des sites tiers pour améliorer l’interactivité du site, pour collecter des statistiques

> En savoir plus sur les cookies et leur fonctionnement

Les différents types de cookies déposés sur ce site

Cookies strictement nécessaires au site pour fonctionner

Ces cookies permettent aux services principaux du site de fonctionner de manière optimale. Vous pouvez techniquement les bloquer en utilisant les paramètres de votre navigateur mais votre expérience sur le site risque d’être dégradée.

Par ailleurs, vous avez la possibilité de vous opposer à l’utilisation des traceurs de mesure d’audience strictement nécessaires au fonctionnement et aux opérations d’administration courante du site web dans la fenêtre de gestion des cookies accessible via le lien situé dans le pied de page du site.

Cookies techniques

Nom du cookie

Finalité

Durée de conservation

Cookies de sessions CAS et PHP

Identifiants de connexion, sécurisation de session

Session

Tarteaucitron

Sauvegarde vos choix en matière de consentement des cookies

12 mois

Cookies de mesure d’audience (AT Internet)

Nom du cookie

Finalité

Durée de conservation

atid

Tracer le parcours du visiteur afin d’établir les statistiques de visites.

13 mois

atuserid

Stocker l'ID anonyme du visiteur qui se lance dès la première visite du site

13 mois

atidvisitor

Recenser les numsites (identifiants unique d'un site) vus par le visiteur et stockage des identifiants du visiteur.

13 mois

À propos de l’outil de mesure d’audience AT Internet :

L’outil de mesure d’audience Analytics d’AT Internet est déployé sur ce site afin d’obtenir des informations sur la navigation des visiteurs et d’en améliorer l’usage.

L‘autorité française de protection des données (CNIL) a accordé une exemption au cookie Web Analytics d’AT Internet. Cet outil est ainsi dispensé du recueil du consentement de l’internaute en ce qui concerne le dépôt des cookies analytics. Cependant vous pouvez refuser le dépôt de ces cookies via le panneau de gestion des cookies.

À savoir :

  • Les données collectées ne sont pas recoupées avec d’autres traitements
  • Le cookie déposé sert uniquement à la production de statistiques anonymes
  • Le cookie ne permet pas de suivre la navigation de l’internaute sur d’autres sites.

Cookies tiers destinés à améliorer l’interactivité du site

Ce site s’appuie sur certains services fournis par des tiers qui permettent :

  • de proposer des contenus interactifs ;
  • d’améliorer la convivialité et de faciliter le partage de contenu sur les réseaux sociaux ;
  • de visionner directement sur notre site des vidéos et présentations animées ;
  • de protéger les entrées des formulaires contre les robots ;
  • de surveiller les performances du site.

Ces tiers collecteront et utiliseront vos données de navigation pour des finalités qui leur sont propres.

Accepter ou refuser les cookies : comment faire ?

Lorsque vous débutez votre navigation sur un site eZpublish, l’apparition du bandeau « cookies » vous permet d’accepter ou de refuser tous les cookies que nous utilisons. Ce bandeau s’affichera tant que vous n’aurez pas effectué de choix même si vous naviguez sur une autre page du site.

Vous pouvez modifier vos choix à tout moment en cliquant sur le lien « Gestion des cookies ».

Vous pouvez gérer ces cookies au niveau de votre navigateur. Voici les procédures à suivre :

Firefox ; Chrome ; Explorer ; Safari ; Opera

Pour obtenir plus d’informations concernant les cookies que nous utilisons, vous pouvez vous adresser au Déléguée Informatique et Libertés de INRAE par email à cil-dpo@inrae.fr ou par courrier à :

INRAE
24, chemin de Borde Rouge –Auzeville – CS52627
31326 Castanet Tolosan cedex - France

Dernière mise à jour : Mai 2021

Menu Logo Principal

AgroBRC - RARe Ressources agronomiques pour la Recherche

Races locales et races menacées

@ INRAE A. Lauvie
Des travaux de zootechniciens, généticiens et chercheurs en sciences sociales de l’Inra sur la gestion des ressources génétiques animales concernant des races à petits effectifs en France montrent que la conservation de ces espèces passe nécessairement par leur valorisation, notamment via des systèmes d’élevage et des produits spécifiques.

En France, la définition de race locale (animale) est inscrite au Code rural français dans l’article D-653-9 : « une race majoritairement liée par ses origines, son lieu et son mode d’élevage, à un territoire donné ». Selon la loi toujours, on parle de race locale lorsque 30 % des effectifs d’une même race sont recensés dans un seul département ou 70 % dans 3 départements limitrophes. La taille totale de la population animale n’entre pas dans les critères de définition. Il existe des races locales à effectifs importants ou en expansion géographique, par exemple les vaches Salers, Aubrac, Abondance comme il existe des races locales à petits effectifs : la Maraichine ou la Bretonne Pie-Noire. Celles dont les effectifs sont trop faibles n’ont pas de schéma de sélection et font l’objet d’un dispositif collectif de conservation.
Une race en conservation ou race menacée d’abandon pour l’agriculture est définie notamment par rapport au nombre de femelles reproductrices, avec un seuil qui varie selon les espèces.

infographie-1-races-locales-et-menacees-dessins-animaux-colores
Où sont conservées les races menacées ?

Très majoritairement chez les éleveurs, qui sont les premiers acteurs de la conservation, mais il peut aussi y avoir des troupeaux dans des écomusées ou parcs par exemple. Du matériel biologique (semences) peut être stocké dans des cryobanques en complément de la conservation in situ, pour être utilisé si la race était trop fragilisée. On parle alors de conservation ex situ. La conservation in situ, dynamique, participe aussi au maintien de savoirs et savoir-faire associés.
Sur l’ensemble des 179 races locales recensées, au sein de dix espèces, 80 % sont considérées comme menacées d’abandon pour l’agriculture. Les situations des différentes espèces d’élevage sont contrastées, aussi bien en termes de nombre de races locales que de proportion de celles-ci qui sont considérées comme menacées (96 % des races locales chez les poules contre seulement 50 % des races locales chez les ovins). L’ensemble de ces ressources génétiques animales constituent une importante biodiversité, produite par les activités d’élevage sur des générations d’éleveurs.

infographie-2-camembert-nombre-races-locales-menacees-v4
Comment les valoriser ?

Chercheuse de l’unité Selmet à Montpellier, Anne Lauvie s’est intéressée au maintien de races locales à travers la valorisation des produits - produits laitiers, viandes- notamment par des signes officiels de qualité. Elle s’intéresse entre autres à des races ovines à petit effectif d’Occitanie comme la Raïole, la Caussenarde des Garrigues et la Rouge du Roussillon. « Dans les cas de valorisation par des produits sous signes de qualité comme les appellations d’origine, les races locales participent à la construction du lien au terroir en relation avec les systèmes d’élevage », estime la chercheuse. Mais elle souligne que la valorisation peut aussi passer par d’autres voies comme la vente directe de produits transformés à la ferme par exemple. Ainsi, valoriser les races locales permet aux éleveurs de maintenir leur cheptel et créer une dynamique positive pour la race. Avec d’autres chercheurs en zootechnie, génétique, sciences de gestion, économie et sociologie, dans le cadre du projet Secoya, elle étudie la diversité des contributions des élevages qui utilisent ces races locales. En même temps qu’ils valorisent des produits alimentaires, ces élevages participent aussi à des productions paysagères, patrimoniales, au maintien de milieux spécifiques, à des dynamiques sociales... En pratiquant la vente directe certains éleveurs renforcent par exemple le lien entre producteurs et consommateurs mais contribuent aussi à mieux faire connaître les élevages et leur fonctionnement. Valoriser des produits de ces races passe par des systèmes d’élevage spécifiques, comme les systèmes pastoraux, qui a leur tour valorisent certaines aptitudes des animaux, telles que la rusticité.

Le projet Secoya
Le projet « Services écosystémiques rendus et mobilisés dans la conduite des populations animales locales (2016-2017) » a été soutenu par le métaprogramme Ecoserv de l’Inra. Il a réuni un collectif de chercheurs aussi bien en zootechnie et génétique qu'en sciences sociales. Ces chercheurs ont croisé les points de vue de leurs différentes disciplines pour étudier des situations contrastées de gestion de races locales, comme par exemple celle de la vache Bretonne Pie Noir, de la Brebis Corse ou encore des races créoles de Guadeloupe et Martinique.
L'objectif était d'identifier les services fournis et mobilisés par les agroécosystèmes que constituent les élevages faisant appel à ces races locales. Ce premier travail doit être poursuivi pour mieux comprendre comment les différents biens et services produits dans ces élevages, autrement dit leurs différentes contributions, sont associés ou peuvent au contraire être antagonistes. Il s'agit aussi de mieux comprendre quels sont les processus sociaux, biologiques et techniques, qui rendent possible ces contributions.

Voir aussi